AARON RÉINVENTE LE SIGLE DU DOLLAR A TRAVERS SA PROPRE SCULPTURE !

Le dépassement de soi et la perpétuelle créativité, tels sont les maîtres-mots de tout artiste qui se respecte. Pour Aaron, c’est une philosophie de vie dont la pratique est sans borne, ni faille. C’est ainsi qu’il s’est lancé le challenge d’offrir une relecture à son emblématique Dollar afin de façonner l’été d’une nouveauté exclusive. Résultat ? Une sculpture inédite reprenant les codes de l’artiste et un pari relevé !

Vous pensiez tout connaître d’Aaron ? C’était sans compter sur l’esprit en effervescence de l’artiste afin de vous surprendre et révéler au public de nouvelles perspectives de son aura artistique. En effet, depuis plusieurs années Aaron n’a de cesse de s’exprimer à travers la customisation d’objets et sculptures. Très vite reconnu par les pères de l’Art Contemporain, suscitant un vif intérêt auprès d’un public très large et des galeries qui l’exposent notamment grâce à ses nombreuses collaborations, ce dernier entreprend de pousser sa démarche artistique encore plus loin. Et quoi de mieux que de tronquer la customisation de sculptures le temps d’une création (ou plus…) en créant tout simplement la sienne ? Chose promise, chose due !

Même si Aaron travaille sur de nombreux supports, le Dollar reste pour lui une œuvre qui lui tient à cœur. Pièce arty qui le lie au travail d’Andy Warhol qu’il affectionne particulièrement, le Dollar détient une dimension sociétale et intellectuelle à travers un message simple : la valeur que donne la société de consommation à l’argent n’est-elle pas démesurée ? C’est donc en toute logique que le détournement du sigle originel du Dollar (symbole de la civilisation américaine mais aussi du consumérisme) a sonné comme une évidence pour l’artiste français.

Fidel à son ADN, il sculpte le signe du dollar avec des courbes et des lignes qui lui sont propres, où l’on devine la forme de la lettre A (Aaron ou Andy, à vous de choisir !) afin de créer un ensemble homogène à l’identité unique.

Le support central fait référence aux buildings newyorkais, ville qui passionne et inspire Aaron grâce à son architecture et sa relation toute particulière à l’Art Contemporain. Cette sculpture produite en pièce unique, à l’instar de chaque création d’Aaron, est déclinée dans plusieurs tailles et plusieurs matériaux : du plexiglass à la résine en passant par le bronze dont les dimensions oscillent de 40 cm à 140 cm sur socle. A noter pour les adeptes des tableaux d’Aaron, ce dernier envisage de décliner cette sculpture également en tableau dans les mois à venir. Son prochain challenge ? Réaliser une sculpture phénoménale de 4 mètres exposée à Paris Londres ou New-York.

Souhaitant toujours rester dans l’ombre de son travail, Aaron ne diffuse jamais de photos de lui sur Internet ou dans la presse, cependant, il reste accessible et vous pouvez le rencontrer à l’occasion de ses expositions. La prochaine ? Début novembre….

AARON REINVENATES THE DOLLAR’S ACRONY THROUGH ITS OWNSCULPTURE!

Self-transcendence and perpetual creativity are the key words of any self-respecting artist. For Aaron, it is a philosophy of life whose practice is boundless and flawless. This is how he launched the challenge of offering a re-reading to his emblematic Dollar in order to shape the summer of an exclusive novelty. Result? A unique sculpture featuring the artist’s codes and a bet!

You thought you knew everything about Aaron? It was without counting on the effervescent spirit of the artist in order to surprise you and to reveal to the public new perspectives of its artistic aura. Indeed, for several years Aaron never ceases to express itself through the customization of objects and sculptures. Very quickly recognized by the fathers of Contemporary Art, arousing a keen interest among a very wide audience and galleries who expose it thanks to his numerous collaborations, the latter undertakes to push his artistic approach even further. And what better way to truncate the customization of sculptures during a creation (or more …) by simply creating his own? Promised thing, due!

Even if Aaron works on many supports, the Dollar remains for him a work that is close to his heart. An arty piece that binds him to the work of Andy Warhol, which he particularly likes, the Dollar holds a social and intellectual dimension through a simple message: is the value given by consumer society to money not disproportionate ? It is therefore logical that the diversion of the original acronym of the Dollar (symbol of American civilization but also of consumerism) sounded like an obvious for the French artist.